Chapitre 17 : une chambre vide

Lors de leur deuxième tentative d’assassinat c’est Jean qui est puni cette fois-là. Pour éviter les coups de fouets, il se barricade dans sa chambre et alors qu’ils arrivent à pénétrer dans la chambre celle-ci est bien rangée comme cela était auparavant. Ils ne comprennent pas comment il a pu s’échapper.

Ce passage rappelle « Le mystère de la chambre jaune » de Gaston Leroux ou « L’aventure du ruban moucheté » avec Sherlock Holmes, d’Arthur Conan Doyle. Dans ces deux romans policiers, personne ne comprend comment le crime a pu être commis alors que la chambre était fermée de l’intérieur. On remarque également que dans « L’aventure du ruban moucheté » l’assassin utilise la même technique que Jean et Frédie utilisent pour communiquer : l’assassin du roman d’Arthur Conan Doyle fait un  trou pour glisser le serpent-tueur dans la chambre et les deux garçons utilisent un trou qu’ils ont fait pour communiquer.

Publié dans : Des phrases clés |le 23 novembre, 2014 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 28 novembre 2014 à 20 h 46 min Estermann écrit:

    C’est bien d’avoir pensé aux deux romans. Mais une illustration aurait rendu plus vivante ta comparaison judicieuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja
| Seulement mes mots