Chapitre 11 : On ne construit pas un bonheur sur les ruines d’une longue misère.

Folcoche a été obligée de quitter la Belle Angerie pour se faire opérer de la vésicule. Les enfants sont satisfaits de s’en être débarrassé mais son absence crée un grand vide dans la maison car ils sont habitués à : « Les portes [qui] claquaient dans le silence [...] Cette voix criarde qui assassinait les échos pour appeler « les enfants » comme s’il s’agissait de démontrer que ces vauriens avaient franchi le périmètre légal [...] La voix de Folcoche [leur] manquait ».

Ils passaient leurs journées à lutter contre Folcoche et s’en étaient accommodés après le départ soudain de cette dernière ils ne savent pas combler ce vide. Donc elle leur manque d’une certaine façon. Ils n’ont pas connu autre chose que cela et ne savent donc pas construire quelque chose de joyeux.

Publié dans : Des phrases clés |le 23 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Christine Bernard |
Mes contines-Lala672009~ |
Likemybullshit |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leblogdunefolle2
| Les contes de Nasreddin Hodja
| Seulement mes mots